La Masculine de Laurence Qui-Elle

IMG_4735-1avis la masculineNote : 15/20

  • Titre : La Masculine
  • Auteure : Laurence Qui-Elle
  • Éditeur : Les Editions Du Net
  • Pages : 121
  • Prix : 15€

Résumé :

« Elle était une fois la rédactrice La K et sa manipulatrice préférée Glike, une intellectuelle trentenaire et une manuelle quinqua des Femmes à la plume. Dans leur ville parisienne où la Notre-Dame a été recyclée en usine champignonnière alors que la Tour-F-Elle penche désespérément vers l’Avenue de la Grande-Désarmée, les femmes ont survécu à une maladie ravageuse et mortelle. Toutes vivent sans leur couillue ! Les grammairiennes intensifient leur déloyauté langagière autour de la Langfem et une révolution couve… »


 

J’ai reçu ce roman de la part de l’auteure, que je remercie vivement.

Grâce à elle et à sa dédicace j’ai pu découvrir le genre de l’Oulipo dans lequel ce roman s’inscrit. L’OUvroir de LIttérature POtentielle est un groupe où chaque scientifique ou artiste peut créer une œuvre à partir d’une contrainte. Ici, la contrainte choisie par Laurence Qui-Elle a été d’écrire un livre sans aucun mot masculin. Elle a réussi ce challenge avec brio car non seulement elle respecte cette obligation mais  cela prend sens au sein même de l’histoire qu’elle raconte.

En effet, dans ce roman on va suivre K, qui vit dans un monde où tous les hommes ont disparu, morts d’une raison inconnue. Pour se protéger de ce fléau les femmes ont décidé de supprimer tous les mots masculins de leur langue. K, rédactrice dans un journal, va se retrouver au cœur d’un conflit dans cette société où les travailleuses manuelles se sentent délaissées et où certaines extrémistes veulent supprimer tous les mots neutres et créer une nouvelle langue.

J’ai bien aimé ce roman qui sort de l’ordinaire mais toutefois, du fait de la contrainte que s’est donnée l’auteure quelques éléments m’ont dérangée. Tout d’abord, très peu de contexte nous est donné sur la situation de l’héroïne et de la France plus globalement. Quelques notes en bas de pages nous aident mais j’ai trouvé l’univers difficile à comprendre. Même si au début on ne sait pas tout sur ce qui s’est passé j’aurais aimé avoir des réponses durant le roman ou à la fin de ce dernier. De plus, j’ai trouvé parfois les tournures de phrases très alambiquées et sans contexte j’ai parfois eu du mal à tout saisir.

La fin, quant à elle, m’a surprise, je ne m’y attendais pas et je l’ai beaucoup appréciée.

En conclusion, ce roman, assez court, est un exercice de style réussi brillamment par l’auteure. C’est une ode aux femmes, qui n’ont plus besoin d’hommes dans leur existence. Le fait de n’utiliser aucun mot masculin apporte quelques difficultés à suivre l’histoire et réduit le récit, mais j’ai trouvé l’histoire très intéressante et je félicite l’auteure car ça n’a pas dû être un exercice facile.

Un commentaire sur “La Masculine de Laurence Qui-Elle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s